Bruno Ruiz / Monde sonore

Ce matin, j’ai plongé dans un lac étrange. Des lèvres y fredonnaient des mélodies inouïes. Dans la plaine, un troupeau merveilleux s’éloignait vers de verts pâturages. Ainsi ai-je vu des aigles dormir sur la terre, des roues chanter les louanges des semences. J’ai même vu s’écrire des symphonies dans les plis de l’azur. Des musiciens buvaient l’alcool d’un monde nouveau dans des ruines transparentes. Ce que je sais du peuple qui est le mien, c’est qu’il se lève chaque matin au milieu d’un ossuaire pour que l’aube n’abandonne jamais ceux qui sont tombés. Oui, un monde sonore habite au fond de mes silences et je m’incline vers lui tous les matins dans le vent froid, en espérant midi.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.