Bruno Ruiz / L’Atlantique en moi

images

Je viens d’une grève où la mer se retire, où l’huile n’est jamais sœur des grands larges, où l’horizon respire au milieu des miroirs et la danse de l’air. Vers midi, de la grand bouche du soleil tombent des émeraudes brûlantes qui s’offrent jusqu’au soir au sommeil de la houle. Et lorsque vient la nuit profonde sur la fatigue des poissons et le silence du grand chenal, je suis le dernier monstre assis sur le ponton pour vérifier le temps qui tombe dans l’eau noire. Ainsi vont les ans de ma vie, et toujours aussi loin d’elle, je sais qu’il est un Atlantique en moi dans un va-et-vient de désordres et d’images venus d’une enfance qui n’en finit pas de descendre.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.