Bruno Ruiz / Murciélagos

Vous qui habitez mes somnolences de chaise-longue quand vos vitesses précises fouettent les ombres immobiles, je pense à vous, là-bas, chauve-souris traversant les mosaïques du soir, plongeant vos silhouettes dans les arbres. Vous veillez sur nous, protégeant nos soleils enfouis sous l’horizon. Sachez que vous n’avez jamais effrayé l’enfant que je fus. Et si vous faites pencher mon cerveau sur des horloges très lentes, vous demeurez à jamais les génies du bonheur au voisinage des cerfs, la bonne mort de nos vieillesses. Non, je ne vous oublie pas dans vos rêves de charpentes, vos printemps pendus aux chambranles des portes. En ce soir si frais de mars, je voulais seulement vous dire que je vous rejoindrai bientôt dans la dilatation du jour pour célébrer nos retrouvailles. Je vous le promets.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.