Bruno Ruiz / Charme commun

houppier_du_charme

Il y a dans un coin du Jardin des Plantes à Toulouse, un arbre assez banal que l’on appelle le Charme commun. Ses feuilles sont marcescentes. Cela veut dire qu’elles restent sur l’arbre tout l’hiver. Je ne sais pas pourquoi cet après-midi je me suis senti si proche de lui. Si un charme commun pouvait envelopper l’humanité, non pour nous endormir tous, à la façon d’un enchantement collectif ou d’un sortilège de sorcière, mais plutôt pour nous donner envie de vivre ensemble et d’apprendre, à défaut de nous aimer, à nous respecter, trouver de vraies solutions aux maux qui sont les nôtres, je pense que nous pourrions devenir la plus belle des forêts de la Terre. Mes feuilles de l’an passé ne tomberont pas. Je les garde en moi avec mes erreurs, mes doutes, mais, pardonnez mon rêve irréaliste de forêt, celles qui poussent déjà en-dessous sont l’espérance d’un merveilleux printemps. Et l’espérance n’est-ce pas un travail de tous les jours ?

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.