Bruno Ruiz / Le sourire de l’oiseau

loiseau-qui-chantait-dans-ma-te%cc%82te

Quelquefois, un oiseau entre dans ma tête pour me parler de haies et de frondaisons, d’insectes et de rosées matinales. « Bien sûr » me dit-il, « l’hiver n’est pas facile, les nuits sont froides, et les journées longues et dangereuses. Mais nous avons appris à garder le sourire. Notre méthode est la patience. Je suis dans ta tête et je vois bien qu’elle ne chante pas comme la mienne. L’ennui inonde tes décors. Tu croules sous le fracas des colères, de tes livres en désordre, du poids de l’intolérance, des prisons de la soumission. Tu ne vois pas les autres visages de la lumière. Tu devrais te remettre à chanter. » Alors quelquefois, quand trop de lampes s’éteignent dans ma tête, je chante. Je chante pour célébrer la raison de l’oiseau. Et le monde soudain a l’intelligence d’une volière aux portes ouvertes.

Bruno Ruiz, 2017
Peinture : Boris Eloi, un oiseau chante dans ma tête

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.