Bruno Ruiz / Bloc opératoire

images-1

Il devait être seize heure aujourd’hui lorsque mon bras gauche tomba dans la Garonne. Il rejoignit une table dressée dans la vase pour un festin de cristal. Des poissons aveugles servaient des paroles rassurantes sur des plateaux en argent à quelques convives très concentrés dans leurs blouses bleues. Je ne saurais vous dire grand chose de ce courant inéluctable qui dansait dans mon épaule car mon bras perdit bientôt connaissance. Du Pont Neuf tombaient des ustensiles étranges et inutiles qui s’emmêlaient aux algues vertes de mes cheveux. Lorsque j’eus fini de dévisager un à un les bourreaux, je fus saisi d’un allégresse soudaine et quelqu’un me tendit la main. C’était la mienne. Je la remis dans ma poche et rentrai tranquillement chez moi attendre qu’elle se réveille de son épouvantable après-midi.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.