Bruno Ruiz / Je suis comme vous

la-vieille-maison-vers-1950-copie

Je suis comme vous sur la brûlure des vieux sables, les larmes amères des préaux, la magie des matins de Noël. Je suis comme vous, enveloppé de parfums nocturnes dans des nuits d’été qui s’éternisent sous les lampes, des portes qui s’entrouvrent sur des souvenirs de soies et de dentelles. Je suis comme vous dans quelques ruines de l’enfance, sur des vérandas assiégées de rires et de jeux, des cœurs pleins d’ombre versés aux secrets de familles, des refuges la nuit dans des granges étranges et solitaires. Je suis comme vous du fond de mon énigme, de ce qui fait que je suis vous par le prisme des présences et de la joie, et tout ce que je touche et que je frôle, cette vie précieuse qui m’embrasse à vous dans une seule et même histoire de l’univers, je veux l’offrir au grand livre des hommes, l’infini poème qui n’en finit pas de nous écrire.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.