Bruno Ruiz / Où vont toutes les larmes

images-3-4

Je connais un endroit dans le ciel où s’en vont toutes les larmes du monde. Elles forment un océan si vaste qu’un voilier ne peut le traverser en une seule vie. Les enfants y apprennent à nager sur des atolls où poussent des hectares d’oignons. On y pêche des remords de femmes qui s’ennuient et des regrets d’hommes qui se sont trompés. Alors, si la pluie tombe sur vous par un soir de doute et de chagrin, goûtez voir sur votre peau le sel de votre amertume. Ce sera celui des larmes descendues de ce lointain royaume pour boucler le cycle infernal de la souffrance humaine. Non, ne pleurez plus. Faites que tout s’évapore dans l’azur, comme l’air vers le soleil, dans la lumière où sèchent les mouchoirs de votre mélancolie.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.