Découvrir la poésie de Margarita Paz Paredes

margarita-michelena

Venez, poètes, marchez avec moi
par ces nuits lentes et terribles
dans lesquelles les êtres proscrits de l’aurore
agonisent sans pain et sans paroles.

Venez, poètes,
purifiez la strophe et la conscience.
Que les pas retournent à l’enfance.
Portez la voix plus claire.

Nous marchons pieds nus dans l’Amérique,
et que notre chant soit si simple,
si intime, si profond, si sincère,
que les héros et les enfants l’entendent
et qu’il bouleverse d’amour toute la terre.

Margarita Paz Paredes, poétesse mexicaine, (1922-1980)
extrait de Chanson de l’Amérique
Traduction de Claude Beausoleil

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.