Découvrir la poésie de Amélie Murat

imgres-2

Je pense à vous, lointain ami de ma jeunesse
Vous que j’ai fait souffrir sans comprendre vraiment,
Car ces choses ne sont point choses qu’on connaisse
Avant de les avoir souffertes… en aimant.
Je pense à vous, d’un cœur compréhensif, à l’heure
Où le mal que j’ai fait, largement m’est rendu,
Ne me révoltant pas sous la loi, si je pleure,
Quand ce vindicatif talion m’était dû.
Couples désaccordés, nous traversons la vie,
Tendant nos bras qu’affole un vertige émouvant…
Et l’instinct auquel l’âme imprudente se fie,
N’est pas plus assuré que le souffle du vent.

Amélie Murat, 1885-1940, extrait de le sanglot d’Eve, 1923

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.