Découvrir la poésie d’Adrienne Monnier

avt_adrienne-monnier_3261

Bonjour, bonsoir, bonne nuit, merci, excusez, s’il vous plaît… Vermine de Dieu, il y a là de quoi vous dévorer la moitié de la parole. Pourquoi est-ce que je me démangerais dans tous leurs bons ceci et leurs bons cela. Est-ce que je les aime, est-ce que je les crains ? et eux, ont-ils souci de moi ? Ce n’est que du raflafla et ils mériteraient d’avoir la tête où ils ont le cul. Plutôt dire bonjour à mon chien, ça c’est un gars qui ne fait qu’un avec moi. Attendez voir un peu que je vous enfonce mes dents dans les mollets, que je pisse contre vos portes, et que je vous aboie la nature de mon naturel.

Sacrrre nom de nom de nom de sacrrre nom. Non.

Adrienne Monnier, 1892-1955, Le Bourru 1930

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.