Découvrir la poésie de Louise Ackermann

louise-victorine_ackermann_by_paul_merwart-jpeg

Mes pleurs sont à moi, nul au monde
Ne les a comptés ni reçus,
Pas un oeil étranger qui sonde
Les désespoirs que j’ai conçus

L’être qui souffre est un mystère
Parmi ses frères ici-bas ;
Il faut qu’il aille solitaire
S’asseoir aux portes du trépas.

J’irai seule et brisant ma lyre,
Souffrant mes maux sans les chanter ;
Car je sentirais à les dire
Plus de douleur qu’à les porter

Paris, 1835

Louise Ackermann 1813-1890, Adieu à la poésie 1835 in Contes et poésies (1863)

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.