Pentti Holappa / L’ordinaire

url

Je voudrais être près de toi
comment un vers paisiblement libre.
Je voudrais que tu me racontes
posément ton travail et ta vie
et parfois, rarement, les jours de fête,
nous écririons des ballades. Toute la vie
serait une parole naturelle
ou le silence.

Pentti Holappa, extrait de Parfum de fumée, 1987

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.