Pierre Reverdy / La repasseuse

imgres-2

Autrefois ses mains faisaient des taches roses sur le linge éclatant qu’elle repassait. Mais dans la boutique où le poêle est trop rouge son sang s’est peu à peu évaporé. Elle devient de plus en plus blanche et dans la vapeur qui monte on la distingue à peine au milieu des vagues luisantes des dentelles.
Ses cheveux blonds forment dans l’air des boucles de rayons et le fer continue sa route en soulevant du linge des nuages – et autour de la table son âme qui résiste encore, son âme de repasseuse court et plie le linge en fredonnant une chanson – sans que personne y prenne garde.

Pierre Reverdy, Poèmes en prose (1915), dans Les Épaves du ciel
Pablo Picasso, Woman Ironing (La repasseuse), Paris, 1904.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.