TOULOUSE – BORDEAUX /19 septembre 1978

train

toulouse matabiau 18h55

être – chavirante trajectoire de l’espace bulbe – reprendre le fond – mon train d’herbes tisse le cri qui dérape d’amour – ovation du silence – roule roule roue – se déroule le tapis voyage – via le mot fin de x – vecteur ballotant entre les vignes

montauban gare de bagages – compartiment raucher – insoutenable vacarme de l’appel – vitrines passantes – vaches d’écume – je – suis le si de la barrière – inconnue traverse – myosotis ferroviaire – métallique rivière déjà souvenance – las de mon stop dans le frein de la course – trou – trou bis – le couloir a le désert chavirant – dominos aux lumières n’importe – vitesse v moins – cliquetis des arbres – chemise – chemine – j’aère l’écrit – seau phosphorescent du pêcheur dans le vert du passage – mouvement contre moi – pieds nus des banquettes sereines – attente d’autos – portillon fatal – et plaine étendue – sifflets sur 1es blés des fumées de l’intime demeure – calicot du ciel aux barres de la fenêtre – évade – rouge–gorge – lyrique héliotrope diurne – surgissement des flaques dans les yeux de huit heures – déflagration continue de l’ inverse bolide – seita de l’attente en mouvement – vent – vent – arbre éboulis à quand l’arrêt misère – oxford blackwell 1944 – j’ai lu – manufrance aux lisières de l’été – l’oiseleur se produit – rank xerox camioneuse barque de la route à bientôt – poclain agen agen cinq minutes d’arrêt – poste 2 – nf – c8 – bm – tousser tousse – voix – il n’y a pas d’indication sncf – espace silence – une voix – et crois–moi tu l’entends – silence relatif – sifflets – une voix – tu dis à roger qu’il m’attende – fin de l’arrêt

agen 20h20

manufacture de bouchon est ensoleillé – j’aiguise ma montre – cité 60 – vertige de l’humus décapité st cirq – jean–claude david vous attend dans une odeur spermatique – cimetière éther – huit siècles de poésie – genêts bleuets coquelicots – jets d’eau le reflet rama – pano – je n’atteindrai jamais le col de la madeleine – à chaque arbre chaque travail – les enfants ne jouent pas près de la boucherie – maison éventrée – je me souviens de

aiguillon – votre geste pourrait blesser ou même tuer

bons baisers de nicole – je suis un ticket qui avance aux limites terrestres – silex soleil – suspension féconde – je c’est nous autres – j’apporte un bouquet d’arbres à l’absence accroupie – l’échelle est renversée – je cherche une chute – bruit de chasse – ralentir – forêt de fils voie b – marmande sernam – stop recul – personne – seule raïssa maritain 1883 1960 – le train va partir à l’usage exclusif du strident départ

marmande 20h52

flèche oblique – total 80m – casque jambe – sport – sucre ébonite barrière de gironde – au loin la grue pèche – le bœuf dort sur la charrue – plus de soleil – j’allume une gitane vingt cigarettes – on entasse le bois sur l’univers magique – il mûrit un pressoir dans le vide du soir – place 55 j’examine l’avance – le pré est un billard qui cahote – contrôle – mais non – tunnel oreilles bouchées tunnel – c’est l’orgasme des rails – le train a dépassé le bouillon de ma bouche – cariole de chicorée – lune rose – vega gît dehors – les œillets du cimetière sont immobiles – émergence et guimbarde – courbe simplette du gouffre – monotonie refrain des voilures – délice arcature assombri dans les cuves qui dorment – abc de rambarde – pinkboy isolé – l’église bande – je n’irai pas au bois ma veste est déchirée – traînée d’arbres bidons bleu pétrole – authentique réel de l’approche imminente – montée des cuivre ferrailles – espace 60 – on brûle l’heure tranche – ciselure des lignes – mots secs

rouillures de cadaujac

villenave – complexe de traits – cnc – plus de vert – parallèle musique frottement – triage pas un mot bloc de fer texture du ciel

bordeaux st jean 21h28 – sacs 7 – hangards – je pose mon ball pentel.

Bruno Ruiz, inédit, 1978

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.